Actualités

Essence, gaz, produits high-tech… L’impact du coronavirus sur notre pouvoir d’achat

Un cargo à quai / Photo d'illustration
Un cargo à quai / Photo d’illustration − iStock

PRIX – Conséquence du coronavirus, le ralentissement brutal de la demande chinoise de pétrole et de gaz profite, par ricochet, aux consommateurs français. En revanche, l’arrêt d’une partie des usines risque de provoquer des ruptures d’approvisionnement et un surcoût, au moins pour les fabricants.

14 févr. 10:00 – Laurence VALDÉS

Encore des incertitudes sur le plan sanitaire mais déjà des effets concrets sur certains produits en France. Le Coronavirus (désormais baptisé Covid-19) provoque en effet sur l’économie « un choc de grande ampleur comme nous n’en avons pas connu depuis longtemps… même s’il est encore tôt pour tirer un bilan alors que l’épidémie est encore en développement », indique à LCI Sébastien Jean, directeur du Centre d’études prospectives et d’informations internationales (CEPII). 

L’épidémie de pneumonie virale apparue fin décembre au centre de la Chine a d’ores et déjà semé la pagaille sur les cours mondiaux des matières premières : ceux du pétrole comme du gaz sont en repli de respectivement 15% et 16% depuis le 1er janvier, selon les statistiques disponibles ici et ce jeudi 13 février sur le site spécialisé Boursorama.

Les prix à la pompe fortement réduits

Soulageant le portefeuille des automobilistes, les prix du carburant – qui sont largement corrélés aux cours de l’or noir – ont ainsi fortement baissé à la pompe. En l’espace de cinq semaines, le diesel a perdu 8,80 centimes du litre et l’essence (SP95) 4,94 centimes, selon nos calculs effectués à partir des derniers chiffres publiés lundi 10 février par le ministère de la Transition écologique et solidaire. 

En vidéo

Coronavirus : l’économie française va-t-elle se gripper ?

Le ralentissement de l’économie chinoise, en partie paralysée par l’épidémie, limite en effet ses besoins de carburants pour le transport. Une chute de la demande qui a déprimé les cours du pétrole au point que l’Agence internationale de l’énergie (AIE) a estimé ce mercredi 12 février, dans son rapport mensuel sur le pétrole, que « les conséquences du Covid-19 pour la demande de pétrole mondiale seront significatives ». La Chine en est en effet le premier importateur et le deuxième consommateur de la planète. 

Laisser un commentaire